Ces trois jeunes d’origine africaine ont su profiter des opportunités qu’offrent les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour se positionner comme des acteurs majeurs dans leurs secteurs respectifs. Portraits.

 Jason Njoku, 33 ans

 Entreprise : Iroko TV. Entreprise de distribution des films sur Internet.

 

A travers sa plate-forme, ce jeune nigérian de 33 ans a bouleversé le circuit de distribution des films de Nollywood. Avant Iroko Tv, ces derniers étaient mis à la disposition du public seulement sur des dvd. Iroko Tv diffuse plus de 5.000 films gratuitement et reçoit un million de visiteurs uniques par mois. Le site est en partie financé par la publicité en ligne. En outre, un système d’abonnement donne accès aux films les plus récents, pour 7,99 dollars par mois.

 

Parcours : Né en Angleterre, Jason Njoku est détenteur d’un diplôme de chimie de l’Université de Manchester. Après 5 ans d’échec à tenter de créer une entreprise, une idée simple lui vient : prendre les films de Nollywood et les mettre en ligne. C’est la création d’Iroko. Son meilleur ami et colocataire d’université Bastien Gotter investit dans le projet ses économies accumulées en quelques années comme trader dans le pétrole. Jason Njoku se rend donc au Nigeria afin de rencontrer les producteurs de cinéma. Iroko a d’abord lancé une chaîne sur Youtube, « Nollywoodlove », en décembre 2010, avant de créer un an plus tard sa propre plateforme IrokoTV, avec l’argent injecté par des fonds d’investissement, dont l’Américain Tiger Global, qui y a placé 8 millions de dollars. L’entreprise possède des bureaux à Lagos, Londres et New York, où se trouve la majorité de son public. Iroko a aussi une antenne à Johannesbourg. Iroko cherche actuellement à compresser les films afin de conquérir le marché africain qui doit encore faire face à de mauvaises connexions Internet.

 

L’entreprise ne fait pas encore de bénéfices mais Jason Njoku se donne jusqu’à fin 2016, début 2017 pour faire des bénéfices. Par ailleurs, Jason Ndjoku et son associé Bastien Gotter ont créé Iroking, pendant musical d’Iroko, qui propose 35.000 titres de musiques africaines. En outre, celui qui veut être une source d’inspiration pour les jeunes nigérians a aussi fondé, avec son associé, « Sparks », une structure qui fournit un cadre et des financements à des start-ups pour se lancer. La structure soutient actuellement neuf start-ups

 

Wale Gbadamosi Oyekanmi

 Entreprise : Darewin. Première Agence de social TV en France.

 

Darewin provient de « Dare » (Oser) et « Win » (Gagner). L’agence conçoit des dispositifs digitaux (sites dédiés, applications mobiles, applications Facebook, web, jeux, pages fan…) afin de faire rayonner les marques programmes des producteurs et diffuseurs de contenus, avant, pendant et après leur diffusion. L’objectif est de recruter ou fidéliser les téléspectateurs en leur offrant la possibilité de continuer l’expérience sur le web, le mobile ou les réseaux sociaux. L’agence, composée aujourd’hui de 15 personnes, a réalisé, en à peine 2 ans, une vingtaine de campagnes pour des clients aussi divers que M6, TF1, CANAL+, France Télévisions, ARTE, NT1, TMC, Zodiak Media Group, Adventure Line, Zadig, MyBox, Warner Bros, KM, Black Dynamite mais aussi la chaîne Youtube Studio Bagel et le Montreux Comedy Festival. Darewin doit son succès à sa créativité sur le digital et son expérience dans le domaine de la télévision…Un cocktail difficile à challenger !

 

Parcours : Ce franco-nigérian, doté d’une double culture, a effectué des études de gestion en France. Détenteur d’un Master audiovisuel à la Sorbonne (DESS Droit et Administration de la Communication Audiovisuelle), il a travaillé dans des sociétés

de production comme Endemol ou TF6, spécialisées dans le digital. Il occupe ensuite le poste de chargé de développement de la société Coyote, appartenant à l’animateur français Christophe Dechavanne. Par la suite, il est gagné par l’envie de voyager et décidé d’aller découvrir le monde. Il raconte ce voyage en animant le blog worldwale.com et s’éduque ainsi à la culture numérique. De retour en France une année après, il intègre Buzzman, agence de communication digitale et créative afin de développer son expérience. Il est chargé d’accompagner la stratégie sur les réseaux sociaux de leurs clients. Il se passionne ainsi pour le contenu web et décide de lancer sa propre structure, Darewin, la première agence de social TV. L’agence a signé son premier contrat avec la chaîne Canal+ en 2011. Darewin emploie actuellement 20 collaborateurs au service de l’audiovisuel et du divertissement.

L’agence constitue un pont entre le digital et la télévision en racontant des histoires aux consommateurs sur des plateformes digitales. Elle gère des stratégies de télévision comme France 2, Canal+, NT1, TMC et MTV France. En 2013, Darewin a réalisé un chiffre d’affaires d’un million d’euros. L’agence compte se développer à l’international et s’est déjà implanté en Allemagne. L’agence a récemment reçu à New-York le prestigieux prix du « Best Use of Social Media for Television » lors des Shorty Awards, une cérémonie qui célèbre et récompense les meilleures opérations de social media.

 

Isamel Nzouetom, 32 ans

Entreprise : I-DISPO

 

Plateforme technologique innovante qui offre à chaque particulier un assistant personnel virtuel qui réalise les souhaits et envies d’une simple demande. I-DISPO a développé deux services : SARA, l’assistante virtuelle des particuliers ainsi que SARA et WILSON, offre en marque blanche pour les entreprises, accessible en mode voix par téléphone, ou en mode« chat » par email, application mobile ou tablettes. I-Dispo propose ses services en France, Belgique, Suisse, Luxembourg, USA, Grande Bretagne, Irlande et Afrique de l’Ouest à des particuliers ou à de grandes entreprises. Dans son portefeuille clients figurent notamment Renault, SFR, le groupe MTN en Afrique ou encore Leaseplan.

 

Parcours : Isamel Nzouetom est détenteur d’un DUT à l’IUT Fotso Victor de Bandjoun au Cameroun. Il a obtenu une bourse d’excellence de la Francophonie pour effectuer ses 3 ans d’École d’Ingénieur. Il a par la suite travaillé dans différentes entreprises de conseil et édition de logiciels dont 3 ans chez Microsoft de 2007 à 2010. Il quitte le géant américain de l’informatique en octobre 2010 pour créer I-DISPO avec un groupe de 4 associés. En 2012, la start-up I-DISPO a reçu un investissement d’1 million de dollars qui lui a permis d’accélérer la commercialisation et l’internationalisation de son service et de renforcer la partie technologique de « Sara » avec le recrutement de nouveaux ingénieurs. Depuis novembre 2012, Isamel Nzouetom a ouvert une filiale au Cameroun.

Avec I-DISPO, soutient Ismael Nzouetom, un homme d’affaires qui ne sait pas utiliser Internet sera capable de commander un billet d’avion, réserver un hôtel, un taxi à l’arrivée, un restaurant pour le soir en un seul SMS ou coup de fil à « Sara ». Même chose pour une maman qui pourra trouver la liste des pharmacies de garde ou comparer les prix d’un médicament et obtenir un rendez-vous chez un gynécologue en un seul coup de fil.Travail, ambition, audace et persévérance sont les ingrédients de réussite qu’il conseille à la jeunesse africaine. « Sachez que sur 98 portes qui se ferment, les 2 qui s’ouvrent pourront vous mener à la réussite de votre projet. »

Source: livingtheafricandream

Commentaires

commentaires