A Paris,  Afrik’N’Fusion a ainsi ouvert sa troisième enseigne et a enregistré un chiffre d’affaires de près de 2 millions d’euros.

Depuis l’ouverture, en 2008 à Toulouse, du premier concept de fast-food africain, plusieurs concurrents tentent de trouver leur place. La tendance semble en effet porteuse. Alors que le marché global de la restauration était en baisse pour la première fois en dix ans, les fast-foods ethniques et exotiques continuent eux de progresser de 15 à 20 % par an.

Source: Le monde

Commentaires

commentaires