Deborah Ahenkorah est une entrepreneuse qui a lancé un business qui marche, en fournissant aux enfants Africains des histoires avec lesquelles ils peuvent s’identifier. Durant son enfance, Deborah lisait les histoires d’enfants occidentaux, écrites pour par des auteurs occidentaux. Ses rêves d’enfant étaient largement inspirés du fruit de ses lectures. « C’était tragique » dira-t-elle plus tard. Les enfants Africains ont besoin d’histoires à propos d’Africains, afin que leurs rêves d’enfance puissent être réalistes – et non pas basés sur la vie en Europe ou aux Amériques.

Deborah finit par lancer Golden Baobab, dont le concept professionnel est la collecte les meilleures histoires pour enfants écrites par des auteurs Africains, afin de les mettre en valeur et de vendre ces histoires aux Africains, et au monde entier. Son rêve est ainsi devenu réalité, et la littérature Africain capture désormais l’imaginaire des enfants de l’Afrique.

En 2011,c’était l’un des 15 projets qui avait été selectionné parmi plus de 2500 candidats issus de 100 pays pour les bourses echoing green. Ahenkorah avait pu recevoir un financement de démarrage de 60 000 $ sur deux ans, l’assurance maladie, le soutien de la planification stratégique, l’assistance juridique, et la modélisation financière, ainsi que de «mentorat d’écho du réseau de vert d’anciens élèves et d’autres grands professionnels de changement social. »

Au début de sa carrière universitaire, elle a organisé une collecte de livres pour aider l’approvisionnement des bibliothèques africaines. Elle a été très applaudi et elle a initié le projet Educate in Africa , une organisation étudiante qui a levé des fonds pour soutenir les initiatives d’éducation en Afrique et a continué à collecter des livres pour les bibliothèques sur le continent.

Comme elle regarda par-dessus une cargaison de livres, Ahenkorah remarque que presque tous d’entre eux étaient écrits par des auteurs occidentaux, et elle a réalisé que beaucoup d’entre eux étaient les mêmes livres qu’elle avait lus lorsqu’elle était une enfant.

«Ils étaient des très beaux livres et je les aimais, mais je souhaiteraient avoir d’exemples de livres africains pour ces enfants, » dit-elle. Elle a commencé à examiner le problème de la façon d’encourager le développement de la littérature pour les enfants africains

La totalité de son histoire: https://news.blogs.brynmawr.edu/2011/06/09/golden-baobab-prize-founder-deborah-ahenkorah-10-wins-echoing-green-fellowship/

Son linkedin https://www.linkedin.com/in/deborahahenkorah