Accueil Events save the date / hackathon femmes et afrique

Plus d'Infos

Lire la suite
QR Code

Date

12 Sep 2017 - 13 Sep 2017

Heure

9 h 00 min - 18 h 00 min

save the date / hackathon femmes et afrique

quel rôle aujourd’hui pour les femmes en Afrique, comment agir pour développer l’impact des femmes, comment organiser l’action ? comment travailler à plusieurs de manière asynchrone et pas dans le même lieu ? comment lier valeurs cultures et futur ? quel accès aux technologies ? quel accès à l’entreprenariat ? quelles actions concrètes ? quels sont les freins majeurs ?




qu’est-ce qu’un hackathon ?


contraction de hacker et de marathon


hacker au sens ‘gentil hacker’ ‘hacker bienveillant’ = celui qui montre les failles, qui utilise toutes les ressources, donc qui optimise les ressources disponibles, celui qui va plus vite, qui prend des raccourcis, qui a des méthodes de geek aussi…qui peut développer rapidement une appli, un site web : qui voit tout résolus grâce à la techno


le ‘thon’ de marathon : car il faut aller vite : entre 3h et 3j non stop !


même si chez Orange nos hackathons sont responsables : donc c’est en semaine, pas le soir ni le week-end, et pas de red bull ni de pizzas : on y mange bio !


un hackathon, c’est aussi un mélange de toutes les nouvelles façons de travailler issues des startups :


méthode agile : on produit qqchose : la notion de livrable, la notion de protoType, de mvp (minimum viable product) est super importante : on montre notre production à la fin aux autres


méthode design thinking : on met le client au centre : on essaie de bien cerner la problématique avant toute chose : pas de problème ? pas de solution ! J


méthode lean startup : on utilise des canvas : le lean canvas, le business model canvas : pour essayer de construire non seulement une solution qui tient la route, mais qu’on même imaginer mettre sur le marché !


méthode creative problem solving : on diverge, on converge : on est donc le plus ‘innovant possible’ en allant apporter des idées les plus farfelues possibles


méthode d’intelligence collective : et tout ceci en petits groupes de travail qui vont travailler ensemble : avec des groupes les plus hétérogènes possibles : on essaie de mélanger des ‘expériences de vie différentes’ : des étudiants, des retraités, des chômeurs, autant de femmes que d’hommes, des métiers et compétences différentes : des artistes, des marketing, des geeks, des designers, des pros de la com…


et tout ceci en entreprise libérée : on apprend à travailler en transverse : pendant ces 3 h ou 3 jours, assez intense (: car il faut produire un proto à la fin) : pas de chef pour dire : on prend cette option-là plutôt qu’une autre, je décide qu’on arrête là et on passe à la suite, ton idée est nulle la mienne est meilleure puisque je suis le/la chef…et des disputes sont à prévoir ! donc tout est aussi prévu pour que tout se passe bien : on donne les consignes des ‘entreprises libérées’ – c’est du copié –collé du livre ‘reinventing organisations ‘ de Frederic Laloux’, le ‘gourou’ des corporate hackers (= ceux qui essaient de faire changer leurs boites de l’intérieur) et qui a été à la rencontre de 12 entreprises libérées = c’est- dire sans manager, sans rh : ils donne des méthodes pour prendre des décisions, pour résoudre les conflits. on réfléchit ainsi à l’avance sur l’équipe’, même si elle ne va travailler que qq heures ensemble : comment elle va travailler ? avec quelles règles ? comment on estimera qu’on a bien fait notre boulot ?


cela parait bête mais cette façon de travailler est ce qu’il y a de plus précieux ! ce qu’on apprend pendant ces quelques heures…peut changer votre vie ! cela montre qu’on peut faire autrement, qu’on peut se mettre d’accord, qu’on peut être super créatif, même dans un temps très limité


 


pourquoi des hackathons ? pour les grands groupes, cela permet de se frotter aux startups, de s’ouvrir à l’écosystème, de trouver des solutions disruptives à un problème, d’apprendre à être créatif, de travailler en open innovation, d’apprendre à travailler autrement


pourquoi des hackathons chez Orange ?


suite aux dialogues parties prenantes de 2014 – 2015 (les dialogues parties prenantes sont les premières briques que l’on fait en rse : ce sont des rencontres en one-to-one de toutes les parties prenantes : busines clients fournisseurs, société civile, ministère, bloggueurs, etc…mais aussi salariés), une des grandes attentes de nos parties prenantes était ‘mais faites-nous travailler en écosystème, montrez-nous ce qu’il est possible de faire avec les nouvelles technologies, vous êtes les mieux placés’


travailler en écosystème, voir ce que peuvent apporter les nouvelles technologies : c’est à peu près la définition d’un hackathon !


on a donc commencé avec des hackathons sur des thèmes de la RSE : l’environnement, la cop21, l’économie circulaire, la sécurité, la cause des femmes, l’éduction, la formation, l’entreprenariat et l’intraprenariat, les nouvelles économies, le télétravail et le bonheur au travail, le thème sénior et handicap, l’autonomie, … et aussi sur des nouvelles technologies ou façons de faire nouvelles :


le big data, la blockchain, la gamification, le nudging, …


de manière concrète, ces hackathons nous permettent d’animer l’écosystème sur les thèmes de la RSE et sur l’impacts des nouvelles technologies, de nous interroger et de construire le futur, tout ceci : avec nos parties prenantes !