Le jeune soudanais de 23 ans qui a construit son propre avion

George Mel le jeune soudanais de 23 ans, obligé d’abandonner ses études après le décès de son père, le pays déchiré par la guerre, il a construit son propre avion.
“Quand j’étais encore plus jeune, j’ai essayé de voler. Je me suis mis des rideaux et métal pour former des ailes, et je suis monté sur le toit. Je voulais voir si je pouvais voler comme un oiseau, mais je suis tombé. Je me suis presque cassé la jambe. ” «Nous devons nous battre pour l’avenir. Principalement les jeunes, nous devons faire de notre mieux et soulever ce pays. Les jeunes sont l’avenir du pays “. Interviewé par la BBC vidéo à voir.

Malgré ces premières déceptions, Mel s’est mis à apprendre autant que possible.
Il est allé étudier à l’école secondaire en Ouganda, mais en 2011, alors qu’il se préparait pour ses examens finaux, mort de son père, le laissant incapable de payer ses frais de scolarité, Il n’avait pas d’autre choix que d’abandonner ses études et de revenir à la maison.
Mais au lieu de sombrer, se décourager, il a construit un avion dans son arrière-cour qui a tellement impressionné l’armée de l’air de son pays, qu’on lui a donné un emploi, il a continué à faire tout ce qu’il pouvait pour s’auformer en aéronautique.

Perdre son père était mauvais, mais lui a semblé aussi lui donner de l’espace pour poursuivre son objectif. «Quand je ne suis pas allé à l’école, j’avais beaucoup de temps», dit-il.

“Mon cerveau a été libéré à faire beaucoup de recherche. Je ne suis pas assis juste en bas … coincé à faire des rêves et j’ai commencé à faire de la pratique et des recherches beaucoups même ».

Il rassembla soigneusement les matériaux pour construire un avion, aller voir les ateliers de métal de Juba et reconstituer une cellule d’aluminium, et l’importation de deux petits moteurs à essence pour l’alimenter.

En utilisant une chaise de jardin pour le siège du pilote, il a pu se débrouiller avec des informations qu’il a trouvé dans les vieux manuels et sur Internet.
À la fin de 2013, le Sud-Soudan a glissé vers la guerre civile au milieu d’une lutte de pouvoir entre les deux principaux dirigeants du pays.

Mais Mel continua à travailler sur son avion alors même que le conflit s’accentuait.

«Je n’ai jamais arrêter mon projet», dit-il, “je continua à faire mon travail. Je viens moi-même m’enfermé à l’intérieur, et faire mon travail.

«Beaucoup de personnes ont quitté l’endroit, mais je ne bouge pas n’importe où. Je ne savais pas où aller, donc je continuais à faire mon travail. ”

“Le centre de recherche” de Mel est sa propre chambre, où son lit est assis aux côtés de pièces d’aéronefs.

“Ceci est où je dors, et au même endroit où je fais mes recherches, parce qu’il n’y a pas des lieux de travail comme les hangars pour le moment.”

“Parfois, quand j’apporte du matériel, je dois me cacher à travers la clôture de sorte qu’ils ne me verront pas. Si ils me voient, ils vont commencer à dire que je perds de l’argent sur des trucs dingues “, dit-il.

Mel a finalement gagner un travail à la Force aérienne Sud-Soudannaise, qui ont été impressionnés par son talent et son engagement et lui ont donné un emploi dans leur département IT.

Il a maintenant l’espoir d’obtenir une bourse pour étudier l’ingénierie aéronautique à l’étranger.

Jusqu’à présent, les autorités de Juba ont refusé la permission de tester son avion, le limitant à rouler dans sa cour.

Mais il reste déterminé à réaliser ses ambitions, pour lui et pour l’avenir de son pays.

Un de ses objectifs est de développer un drône en agriculture pour pulvériser les cultures, mais dans le long terme, bien sûr, il veut concevoir et construire des avions en mode plein écran.

Sur la queue de son premier avion, il a peint le drapeau sud-soudanais, avec les mots: “Nous avons un avenir”.

«Je suis très optimiste. Ce qui est arrivé est arrivé, et nous devons aller de l’avant avec la vie “, dit Mel.

Source: BBC